Conseils

Quelques petits conseils pour réussir vos questionnaires

  1. Donnez les consignes
    On répondra mieux à un questionnaire si l'on en connaît l'objectif, la finalité et les modalités. Si votre questionnaire contient des documents sonores, invitez les utilisateurs à recourir au casque audio pour ne pas déranger les autres et ne pas être dérangé eux-mêmes. Expliquez le fonctionnement des players ou rappelez-en succinctement l'utilisation si le mode d'emploi de ceux-ci est déjà détaillé dans la page d'accueil du questionnaire.
  2. Ne pas confondre test et épreuve
    Même si le nombre de questions n'est pas limité, 150 questions difficiles ne constituent pas un test mais une véritable épreuve qui peut être génératrice de stress et donc pouvant altérer la mesure recherchée.
  3. Variez les types de questions
    Evitez, dans un questionnaire de ne mettre que des QCMRU ou des QROC et choisissez le type de question qui mettra le plus en évidence ce que vous souhaitez vérifier. Par ailleurs, dans les appariements ou associations, veillez à mettre quelques distracteurs (propositions qui ne seront pas associées à d'autres) pour éviter les effets d'un "bienheureux hasard".
  4. Les questions doivent être univoques
    La question ne doit pas faire l'objet d'une controverse. Il ne doit pas y avoir ambigüité sur la question qui ne doit vérifier qu'une seule chose à la fois. Par exemple, dans un "vrai / faux" (en fait un QCMRU à 2 propositions) :
    Paris est la plus grande et la plus belle ville de France
    - Vrai
    - Faux
    Outre le fait que la beauté est un élément subjectif qu'on ne peut mesurer, on ne pourra pas savoir si c'est la beauté ou la taille qui aura prévalu au choix effectué. Autre cas :
    La Belgique est plus importante que la Suisse
    - Vrai
    - Faux
    En superficie, c'est la Suisse qui prend la première place alors qu'en nombre d'habitants, c'est la Belgique. Par ailleurs, beaucoup de décisions politiques européennes se prennent à Bruxelles alors que beaucoup d'argent est placé en Suisse. De quelle importance était-il question : superficie, population, politique, monétaire ?
  5. Les propositions doivent être plausibles
    Par exemple, dans un QCMRU demandant l'auteur de la pièce de théâtre "Hernani", ne proposez pas :
    - Théophile Gautier
    - Vercingétorix
    - Victor Hugo
    - Picasso
    En effet, si Théophile Gautier est un écrivain contemporain de Victor Hugo et pourrait être le choix de quelqu'un qui ignore totalement la réponse, les propositions de Vercingétorix et Picasso sont complètement rocambolesques pour cette question. Pour ceux, et ils sont nombreux, qui ont entendu parler de Vercingétorix et Picasso et qui ignorent la bonne réponse, le choix de mauvais distracteurs réduit le hasard en le faisant passer de 1 chance sur 4 à 1 chance sur 2 en risquant ainsi d'occulter l'ignorance de la réponse.
  6. Alterner questions faciles et questions difficiles
    Evitez d'augmenter le stress chez le testé avec une succession de questions difficiles. Le but n'est pas de le "piéger" mais de le tester, de vérifier ses connaissances dont le niveau de complexité peut varier. Faites suivre les questions difficiles (mais utiles) par des questions plus aisées qui le remettront en confiance.
Mise à jour le 07/12/2014 à 19:24:19